Support Nickel, support client SAV

Service de mise en contact téléphone compatible :

  • Nickel Numéro de téléphone des supports
  • Nickel Service support client SAV
  • Nickel Service après vente et Service support client
  • Nickel Contact support divers
  • Nickel Assistance support client

 

Support Nickel et information service de support client

Le nickel est l’élément chimique du numéro atomique 28 et son symbole est Ni.

Le nom vient du nom suédois Nickel, diminutif de Nicolaus, autrefois associé à une personne récente, lutin ou garçon agité, trop plein de vitalité.

Le 56 Ni est produit en grande quantité dans les supernovas de type II ; le spectre lumineux de ces supernovas correspond à celui attendu par la désintégration du 56 Ni dans le 56 Co et plus tard dans le 56 Fe.

Certaines personnes peuvent présenter une hypersensibilité au nickel, qui se manifeste sur les zones de la peau qui y sont exposées. L’Union européenne réglemente par décret la quantité de nickel pouvant être contenue dans les produits qui sont en contact avec la peau. En 2002, dans un article de la revue Nature, certains chercheurs ont montré que les pièces de 1 et 2 euros dépassent ces limites. Cela semble être dû à une réaction galvanique.

Le nickel est utilisé depuis au moins 3500 avant J.-C. Certains bronzes de ce qui est aujourd’hui la Syrie contiennent jusqu’à 2 % de nickel. Certains manuscrits chinois suggèrent également que le « cuivre blanc » (paitung) était utilisé en Orient entre 1700 et 1400 avant J.-C. Cependant, comme les minerais de nickel peuvent facilement être confondus avec les minerais d’argent, l’utilisation consciente du nickel en tant que tel remonte à l’époque contemporaine.

Les minéraux contenant du nickel, tels que la niccolite ou le faux cuivre, étaient appréciés dans l’Antiquité pour la couleur verte qu’ils donnaient au verre. En 1751, le minéralogiste suédois Axel Fredrik Cronstedt, essayant d’extraire le cuivre de la niccolite, obtient à la place un métal blanc argenté qu’il baptise nickhel, de l’allemand Kupfernickel (faux cuivre) ou nickel (gobelin, diable).

L’exposition (TLV-TWA) au nickel métal et à ses sels solubles ne doit pas dépasser 0,05 mg/m³ pendant 40 heures par semaine ; les fumées et poussières de sulfure de nickel sont considérées comme cancérigènes ; de nombreux autres composés du nickel sont suspectés d’être cancérigènes.

L’ajout de certains éléments d’alliage permet de mettre en valeur certaines de ces propriétés. Par exemple, l’ajout de molybdène et de chrome augmente la résistance à la corrosion de l’alliage.

Du nickel, 18 isotopes radioactifs ont également été identifiés, le plus stable étant 59 Ni avec une demi-vie de 76 000 ans, suivi de 63 Ni (100,1 ans) et 56 Ni (6,077 jours). Tous les autres isotopes ont une demi-vie inférieure à 60 heures et, dans la plupart des cas, inférieure à 30 secondes.

Le Co-F430, une coenzyme du nickel-tétrapyrrole, est présent dans la méthyl-CoM-réductase et les bactéries méthanogènes. Le tétrapyrrole est un intermédiaire dans la structure entre la porphyrine et la corrine. Des changements ont récemment été observés à la fois dans l’état d’oxydation et dans le type de coordination du nickel au sein de cette enzyme.

Les isotopes stables existant dans la nature sont au nombre de 5 : 58 Ni, 60 Ni, 61 Ni, 62 Ni et 64 Ni. 58 Ni est le plus abondant (68,077%).

La première pièce en nickel pur a été frappée en 1881, tandis que les pièces en nickel-cuivre ont été émises par trois souverains du royaume indo-grec au IIe siècle avant J.-C.

On estime qu’en partant des zones émergées où l’on a observé une concentration de nickel d’au moins 1 %, les ressources en nickel disponibles sont d’au moins 130 millions de tonnes, soit environ le double des réserves déjà connues. 60 % se trouvent dans des briques et 40 % dans des gisements de sulfure.

Le nickel est un élément présentant les caractéristiques suivantes

De nombreuses enzymes de type hydrogénase contiennent du nickel en plus des agrégats fer-soufre. Les sites de nickel dans ces hydrogénases ont pour tâche d’oxyder plutôt que de développer l’hydrogène : il semble que le site de nickel change d’état d’oxydation pendant l’action de l’enzyme et des preuves ont été présentées pour soutenir l’hypothèse selon laquelle les centres de nickel sont les véritables sites actifs de cette classe d’enzymes.

Le nickel est surtout extrait de deux types de gisements minéraux ; le premier type est constitué de latéritiques dans lesquels les principaux minéraux sont la limonite de nickel. Le nickel est également présent dans la kamacite, un alliage naturel de fer et de nickel.

Il existe également une monoxyde de carbone déshydrogénase contenant du nickel dont la structure est très peu connue.

La principale source d’exposition au nickel est la consommation orale, car ce métal se trouve à la fois dans les aliments et dans l’eau et est présent en tant que contaminant humain. Quelques exemples : robinets en nickel qui contaminent l’eau et le sol, sous-produits industriels de l’activité minière et de fonderie, utilisation de casseroles en alliage de nickel, utilisation de vaisselle peinte avec de la peinture contenant du nickel. D’autres formes d’exposition sont en suspension dans l’air : l’air pollué par les raffineries de nickel, la combustion de combustibles fossiles, la fumée de tabac, le contact de la peau avec des bijoux, des pièces de monnaie, des shampoings et des détergents est une autre forme d’exposition au nickel. Enfin, une forme moins courante d’exposition chronique au nickel est l’hémodialyse, car des traces d’ions de nickel peuvent être présentes dans la peau.

Wiki information et téléphone assistance compatible avec les services :

Numéro téléphone service support Nickel
SAV service support client Nickel
service support client après vente assistance Nickel
Contact service client support Nickel
Assistance service client Nickel